Cette saison encore, les coiffures tendance automne-hiver repérées lors de la Fashion Week de New York, Londres, Milan et Paris réunissent à la fois coupes intemporelles et mises en beauté audacieuses. Tour d’horizon avec notre expert capillaire et coiffeur Tom Marcireau.

Le brushing effet coiffé décoiffé

Exit les cheveux trop naturels, cette saison on brushe notre crinière, on donne du volume, on discipline et on donne de la brillance à la matière.

Si l’on est habile, on s’arme de notre meilleure brosse et de notre sèche-cheveux. Sinon, on suit les conseils de Tom Marcireau et on réquisitionne les rouleaux chauffants de notre grand-mère.

« Les rouleaux chauffants sont les meilleurs amis des femmes. Au début il n’est pas simple de les mettre, mais en quelques essais on prend le coup et on ne peut plus s’en passer. Ils lissent et donnent de la brillance, tout en offrant un rendu travaillé mais pas trop sophistiqué non plus. »

Selon notre expert, « contrairement à ce que l’on peut penser, le naturel consiste à prendre le temps de faire un beau cheveu, puis à le laisser vivre sans y retoucher. »

Le retour de l’ultra court

Repéré sur les podiums, l’ultra court n’en finit pas de nous surprendre. Alors que les visages ovales pourront même se permettre la coupe rasée, les autres opteront pour une coupe courte graphique.

Certes l’ultra court parait pratique, mais il demande malgré tout un minimum d’entretien. « On sèche nos mèches avec une serviette, puis on les coiffe comme bon nous semble avec une crème adaptée à notre texture de cheveux. Contrairement à ce que l’on peut penser, les coupes courtes laissent une infinité de libertés », raconte Tom Marcireau. Plaqués pour un style rétro, ébouriffés à la garçonne, ou sagement balayés… nos cheveux disent toujours quelque chose de nous.

Cheveux plaqués et oreilles dégagées

N’en déplaise aux frileuses, cet hiver, les oreilles sont de sortie. Souvent cachées sous nos bonnets, nos bandeaux et surtout nos cheveux, avec les cheveux plaqués, on ose les découvrir.

Pour adopter ce look de podiums et l’adapter à la vie de tous les jours, on choisit un gel ou une cire pour dompter notre crinière et la positionner comme on le souhaite.

Mais attention, Tom Marcireau nous met en garde : « Cette coiffure, aussi jolie soit-elle, ne va pas à tous les visages. Elle attire le regard et n’est pas anodine. Elle a du caractère, il faut l’assumer. C’est le genre de mise en beauté que l’on n’arbore pas à moitié, les épaules en dedans. »

L’éternelle coupe au carré

« C’est ce que j’appelle une coiffure sans risque, une valeur sûre. On ne peut pas se tromper avec un carré, à condition qu’il ne touche pas l’épaule », nous confie l’expert.

En effet, si notre sacro-saint carré touche notre épaule, cela risque de couper le mouvement du cheveux. Si cette condition est respectée et que la hauteur de coupe est réglementaire, peu importe la longueur de nos mèches, c’est LA coupe de toutes les époques, et de toutes les saisons. Hiver comme été, le carré est partout et se porte toujours avec la même élégance.

On mise sur les attaches

Attacher nos cheveux ne veut pas dire les emprisonner. Au contraire, revisiter certains classiques comme le chignon ou la queue-de-cheval permet parfois de révéler notre personnalité.

« La seule règle d’or quand on prévoit de s’attacher les cheveux, c’est de ne pas se les laver le jour-même », recommande le coiffeur. En effet, une chevelure trop propre devient trop glissante.

L’idéal, selon Tom Marcireau, c’est « un shampoing la veille, puis une touche généreuse de cire ou de mousse pour moduler les mèches. Car pour attacher nos cheveux et les aider à tenir il faut les préparer en les coiffant dans le mouvement des attaches. »

Côté réalisation, une coiffure attachée ne doit se plier à aucune contrainte si ce n’est celle de se faire plaisir. Vous l’aurez compris, tout est permis !

On craque pour les accessoires

Non, les accessoires cheveux ne s’arrêtent pas aux pinces ou aux headbands. D’après Tom Marcireau, on peut détourner du tissu ou des bijoux pour pimper nos coiffures parfois trop sages.

Une soirée habillée ? On attache nos cheveux et y accroche un collier. Un événement pendant la saison estivale ? On noue une queue-de-cheval à l’aide d’un ruban coloré.

« En cas de faiblesse capillaire, un accessoire, même si c’est un objet auquel on ne s’attend pas, donnera le coup de peps qui nous manquait. »